m

Documents  Pointe DANSE | enregistrements trouvés : 3

     

-A +A

P Q

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 793.37 C698a v.3 2019

"Averroès écrivait déjà: 'ça pense en moi' dans le vif du sujet, tout comme passe l'intime en butte au mur, le 4e. Se vit l'expérience du vide dans la présence scénique, mais aussi le divin. Parce que l'art de Protée qualifie de métamorphose la sagesse du danseur, y transparaît le merveilleux. Selon le trait religieux et mystérieux du sacré, revient en biais la Tradition, pourrait dire Ilan Zaoui, résumant par un certain sourire l'art de vivre sous la geste et le geste. À l'heure des retrouvailles s'éprouve la joie simple et profonde de n'être plus, rien que ça, inouï, joie profane du spectacle, réjouissances et fête à la fois. Avec les transversalités chorégraphiques se précipite l''inécriture sidérale' en pur trésor de l'humanité. Écriture de soi, l'immatérialité advenant par obliques. Occasion nous sera offerte d'observer 'la sculpture de l'air' comme l'appelle Alban Richard, la danse savante rendant grâce au sensible à l'instant magique qui fonde la poésie du corps dansant ainsi que l'identifie Jacques-Sylvain Klein. Par le plus subtil pointe le sublime puisqu'il y a émotion, beauté du geste et mouvement de la vie pour toute fin, mort à soi et amour toujours outre l'amour-passion, l'amour fou, la 'fin'amor' souffle à son étoile Jean Guizerix devant l'image, la Dame... S'atomise et se diffuse le langage dès lors que s'unifient, se lissent et s'harmonisent les esprits sous la démarche. Nous parle et murmure nonobstant un tourment par pressions, impressions, la tension inclinant par sensations et sensitivité au Très-Haut... Image/magie de la danse, transe et trancendance en rappel dans l'imaginaire à l'oeuvre quand se dépose l'élévation faite théâtre du silence pour toute réponse à l'irréel du corps. Se profile l'unité de sens, la mesure, le poids, le nombre étant garants, gage en l''univers uni' du signe d'amour en effet, humain par nature et divin par grâce, 'Deux sive Natura'."-- P. [4] de la couv.

"Avec les contributions de Jean Guizerix, Jacques-Sylvain Klein, Alban Richard et Ilan Zaoui."-- Couv.

Comprend une bibliographie et des références bibliographiques.
"Averroès écrivait déjà: 'ça pense en moi' dans le vif du sujet, tout comme passe l'intime en butte au mur, le 4e. Se vit l'expérience du vide dans la présence scénique, mais aussi le divin. Parce que l'art de Protée qualifie de métamorphose la sagesse du danseur, y transparaît le merveilleux. Selon le trait religieux et mystérieux du sacré, revient en biais la Tradition, pourrait dire Ilan Zaoui, résumant par un certain sourire l'art de vivre ...

Danse ; Spiritualité ; Perception de soi ; Essai ; Philosophie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 793.37 C698a v.2 2017

"Étant donné son champ d'acceptations, action réelle et concrète, suite véritable et vraie, en chair et en os, la danse se distingue des autres arts; ce par quoi la 'materia spiritualis' ajoute à l'intelligence du coeur: la poésie du sensible. Âme matérielle, poétique, le corps dansant apparaît cependant tel quel, corps glorieux. Être. Tenant lieu en puissance d'éthique et de métaphysique si le geste n'amenait pas la danse à son propre mouvement, en quoi le ballet se fait-il révélation? Mais, l'être dansant l'incorporel attendu le dévoilement, l'écriture arrive là où il y a processus d'élévation comme il y va du texte et de la texture, en l'occurence ce sur quoi porte la lumière. Immatérielle 'optique divine, police du regard béatifique', lesdites écritures aiguisent l'immanence-transcendance, l'absence-présence à visage humain. Ainsi du 'divin sujet de la danse' qui en émane. Contre-points bien particuliers du fait chorégraphique qui ramène son objet à l'aune de l'image et de la voix, à sa ressemblance le corps danse, la chair recouvrant une dimension ontologique. Or la soudaineté du champ s'y découvre signes quand l'âme se manifeste à l'heure où se réfléchit l'homme en personne. Et les mots et les choses se mettent alors en acte par l'élan-réceptacle. Corps en jeu, enjeu du corps faute de Livre, la danse théâtrale présuppose une intertextualité. La chorégraphie n'en serait-elle donc pas la mise en abyme? Dialecte sous la métaphore du 'pas-différent' comme le suggère Pierre Legendre, danse et légalité du manque conduisent au face-à-face comme un pas de deux sans miroir, 'l'être-vu qui se voit' étant au-delà du regard édictant sa matière spirituelle au corps glorieux: l'apesanteur dansée, entre spiritualité et théâtralité de la danse."-- P. [4] de la couv.

Comprend des références bibliographiques.
"Étant donné son champ d'acceptations, action réelle et concrète, suite véritable et vraie, en chair et en os, la danse se distingue des autres arts; ce par quoi la 'materia spiritualis' ajoute à l'intelligence du coeur: la poésie du sensible. Âme matérielle, poétique, le corps dansant apparaît cependant tel quel, corps glorieux. Être. Tenant lieu en puissance d'éthique et de métaphysique si le geste n'amenait pas la danse à son propre ...

Danse ; Spiritualité ; Théâtralité ; Métaphysique ; Essai ; Philosophie ; Théâtre dansé

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 793.37 C698a v.1 2015

"Au-delà; en agent direct du coeur, il y a le geste. Tout réciproquement, dans le mouvement il y a le souffle, la vie des formes en l'apesanteur dansée. Conscience à fleur de peau, en filigrane une coïncidence entre la peau et la chair du temps, en sa toute connaissance, témoigne de l'insaisissable élévation... Et l'élévation des esprits par le corps en saltation diffuse sa lumière, son charme, sa loi; l'ineffable expérience parcourant ces lieux empreints... Corps dansant glorieux en personne, le phénomène-évènement d'une présence à soi pointe l'intagible et le tangent jusqu'aux évidences les plus criantes. Vérité du corps: la danse, parce que le mouvement ne ment pas, ainsi donc, ce premier tome de l'apesanteur dansée appréhende et focalise les aspects et modalités du fait religieux à l'oeuvre dans l'imaginaire chorégraphique sous le signe du sentiment amoureux."-- P. [4] de la couv.

Comprend des références bibliographiques.
"Au-delà; en agent direct du coeur, il y a le geste. Tout réciproquement, dans le mouvement il y a le souffle, la vie des formes en l'apesanteur dansée. Conscience à fleur de peau, en filigrane une coïncidence entre la peau et la chair du temps, en sa toute connaissance, témoigne de l'insaisissable élévation... Et l'élévation des esprits par le corps en saltation diffuse sa lumière, son charme, sa loi; l'ineffable expérience parcourant ces lieux ...

Danse ; Religions ; Spiritualité ; Amour ; Essai ; Philosophie

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

0
Z